1 Comment

  1. Clarisse
    mars 12, 2020 @ 6:13

    La force est là. Non feinte. Mais en te lisant on sent les coutures et le déchirement des chairs, la perte et le deuil à faire de ce qu’a été ton corps jusque là. Et on imagine. J’imagine. Mais je ne peux qu’imaginer. Et être là tant que ça puisse dire quelque chose. Parce qu’on est toujours seule dans une ville en ruines. Mais oui elle sera belle ta reconstruction, guerrière que tu es….

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *